Biodanza Christine Bordeaux

Biodanza Christine Bordeaux

femme sauvage

Femmes qui courent avec les loups

Clarissa Pinkola Estès


Clarissa Pinkola Estès, psychothérapeute américaine, a consacré un ouvrage aux vertus d'une force instinctuelle qu'elle nomme aussi "nature sauvage".

« Le mot sauvage n'est pas utilisé ici dans son sens moderne et péjoratif, d'"échapper à tout contrôle", mais dans son sens originel de "vivre une vie naturelle" », en accord avec ses rythmes biologiques et ses aspirations profondes, écrit-elle dans "Femmes qui courent avec les loups".

La thérapeute appelle encore "créature" cette source de créativité que la culture tend à museler, mais à laquelle les femmes, au détour d'expériences fondatrices comme la maternité, peuvent avoir de nouveau accès.

« Cette "psychanalyste guérisseuse" a mis des mots sur ce que je ressentais depuis longtemps : le besoin des femmes contemporaines de "retrouver une terre dont elles gardent la nostalgie sans vraiment l'avoir connue", de se reconnecter à l'énergie aimante et puissante du féminin… Les contes qu'elle propose pour que chacune revivifie son instinct malmené "travaillent" en profondeur. Ils m'ont rendu ma créativité. »

Chaque femme porte en elle une force naturelle riche de dons créateurs, de bons instincts et d'un savoir immémorial. Chaque femme a en elle la Femme Sauvage. Mais la Femme Sauvage, comme la nature sauvage, est victime de la civilisation. La société, la culture la traquent, la capturent, la musellent, afin qu'elle entre dans le moule réducteur des rôles qui lui sont assignés et ne puisse entendre la voix généreuse issue de son âme profonde.


Pourtant, si éloignés que nous soyons de la Femme Sauvage, notre nature instinctuelle, nous sentons sa présence. Nous la rencontrons dans nos rêves, dans notre psyché. Nous entendons son appel. C'est à nous d'y répondre, de retourner vers elle dont nous avons, au fond de nous-mêmes, tant envie et tant besoin. […] La femme qui récupère sa nature sauvage est comme les loups. Elle court, danse, hurle avec eux. Elle est débordante de vitalité, de créativité, bien dans son corps, vibrante d'âme, donneuse de vie.
Il ne tient qu'à nous d'être cette femme-là. »

FEMME SAUVAGE

 
Femme, ma sœur, mon amie Ne l'oublie jamais ! 
Tu es, de toute éternité, La Femme Sauvage, 
Celle qui court avec les loups Dans la lande ou la forêt, 
Dans les rues des villes Ou les allées des grands magasins. 
Pieds nus, ivre de liberté, Tu danses la vie de La Loba, 
Tu chantes avec les oiseaux Tu ris dans le vent. 
Tu es, depuis la nuit des temps, Celle qui sait, « la que sabe » … 
Souviens-toi, ma soeur, mon amie… Même brisée, même apeurée, 
Même aux prises avec un Barbe Bleue, Tu peux chanter sur les os 
De tes rêves massacrés Et les ressusciter pour un nouvel envol. 
Tu as ce pouvoir immémorial ! Oui ! Tu fais peur ! 
Oui ! Tu peux avoir peur de cette grandeur ! 
Alors, appelle la Femme Sauvage en toi. 
Elle est là, partout, comme une onde de vie 
Pour toi, ma sœur, mon amie. 
Appelle-là et raconte-lui Ce qu'ils ont essayé de faire de toi ! 
Ouvre grand tes yeux, Regarde le sang de tes blessures d'âme, 
Ramasse tous ces os pétrifiés Et laisse la Loba te rendre à toi-même 
En chantant avec elle, pour elle, pour toi ! 
Chante, danse, Joue du piano ou du violon ! 
Bouscule ce monde, 
Reprends ta plume ou tes pinceaux Crée de savoureux gâteaux 
Ou de féeriques costumes, Inonde le monde de ta joie ! 
Femme, ma sœur, mon amie Ne l'oublie jamais ! 
Tu es, de toute éternité, La Femme Sauvage, 
Celle qui court avec les loups… 
copyright Chantal CHAMP 22 octobre 2008 
*******
**
***



28/08/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres